À propos

Je suis collectionneuse depuis mon enfance, je suis une pie qui s’accroche à tout ce qui brille. J’aime les opales, l’Art déco, les jolies broches et les volumineuses bagues des années 50.

Diplômée en droit et en histoire de l’art, j’ai également passé le concours de commissaire priseur, mais c’est dans la médiation et la conservation du Patrimoine que j’ai fait mes premiers pas professionnels. Mais ma passion commençait à me coûter cher, et le marché de l’art me tendait les bras ! Alors, après quelques années à travailler dans les musées de France, je me suis décidée à faire le grand saut et en 2014, je suis devenue antiquaire pour vivre de ma passion.

Je suis lectrice depuis toujours. Mon goût prononcé pour la lecture remonte à mon enfance, j’ai toujours vu ma mère, mes frères, ma sœur avec un livre dans les mains. Est-ce de là que ça vient ? À table, on parlait du dernier King, de San Antonio, d’être plutôt de la veine réaliste ou fantastique, de préférer le polar ou le thriller, du régionalisme et de la romance comme genre majeur ou mineur, du phrasé de Jean d’Ormesson… Ne pas lire c’était être à part et s’isoler. Alors j’ai sauté dans le train en marche. De Barjavel à Vargas en passant par Pennac, j’ai appris à dévorer les mots.

J’écris depuis 2015, à la demande d’une amie qui aimait que je lui raconte des histoires, et un peu ma vie. Mes copines se sont attachées à mes personnages et demandaient des chapitres pour les faire patienter entre deux tomes de leur saga favorite. Mon mari m’a suggéré de m’inscrire sur des plateformes d’écriture pour faciliter l’accès à mes histoires. C’est comme ça que, sur deux d’entre elles, j’ai été repérée par deux éditrices : commençait alors pour moi la fabuleuse et incroyable histoire de l’édition !

Et si je tiens mon prénom de ma grand mère qui le devait au célèbre opéra d’Offenbach, Geneviève de Brabant, je me définirais plutôt comme la pie voleuse de Rossini…

… bavarde. Et attirée par tout ce qui brille.